Chercher le frais.

Ça y est, la chaleur écrasante s’abat sur la plaine. L’herbe vire lentement mais sûrement au jaune sale, signe que la dernière pluie véritable date de plusieurs semaines. Dans ces conditions, toutes le rivières sont tentantes, d’abord pour leur fraîcheur appréciable, pour l’ombre apaisante des arbres qui les bordent mais surtout car c’est la pleine saison de la palm. Les insectes sont partout! Et les truites encore peu farouche.

La partie aval du Dadou rassemble toutes ces qualités. Et dire qu’il y a moins de 10 ans aucun poisson ne pouvait vivre dans ce secteur!

C’est une longue gorge, abrupte, boisée, enclavée, où la rivière serpente difficilement entre des rochers aussi anciens que solides. Mais aujourd’hui, l’eau y est redevenue fraîche et limpide. L’ombre des grands arbres recouvre largement le lit, parfois jusqu’au ras de l’eau. Cette eau qui est (re)devenue claire, translucide laisse voir à la perfection les sables noirs qui recouvrent le fond des courants.

  La roques (3)

Il faut commencer par traverser la large bande du buis qui longe la rivière et se contorsionnent pour atteindre un peu de lumière, puis rejoindre l’axe de la rivière, seul endroit où la soie peut se déployer non sans encombres. C’est ici encore la géologie qui détermine l’activité des poissons. De grands lisses, parfois long de plusieurs centaines de mètres où l’eau s’étale sur les dalles schisteuses, et puis une portion de courant s’intercale de temps à autre, où le quartz résiste tant bien que mal à l’eau depuis des millions d’années.

La roques (1)

C’est là que les truites se regroupent en cette saison, postées le long des rochers, elles se jettent sur chaque insecte qui passe. Mais bientôt l’eau manquera et la pêche bien moins agréable.

DadouLa roques

C’est avec un vrai plaisir que depuis quelques années, je remonte sur quelques km ces gorges, et chaque année je suis surpris à voir les truites repeupler la partie amont.

Enfin le réveil!

Le soleil est enfin revenu depuis quelques jours mais les sorties se sont succédées sans résultats. L’eau froide et haute ne rend pas les truites actives par ici. Cette après-midi, il fait toujours grand soleil mais le vent s’est posé.

 Dadou 2 (2) Premier arrêt sur l’Oulas, comme d’habitude je vais voir un poste contre un grand rocher en plein soleil où les truites sont actives. Arrivé au bord de l’eau, 2 gobages distincts. “La 1ere de la saison enfin” mais les ondes font partir la première. M…. un lancé plus long vers la seconde, gobage, ferrage, piqué et loupé……

Je remonte à la voiture direction le Dadou. Il fait chaud, les sedges volent, traversent la rivière, ondulent sur l’eau et les gobages sont fréquents. Ouf enfin!

P4110032Je retrouve mes “vieilles” connaissances, elles ne semblent toujours pas avoir grossi mais essentiel n’est pas là. Toujours aussi belles, toujours aussi vives. 5 ou 6 gobages, deux photos, plusieurs décrochées dans les mains.

dadou

dadou (1)

 

 

 

 

 

 

 

 

Tout au long de la balade, un bruit sourd et régulier m’accompagnait. Selon les anciens, la fraie des crapauds n’est pas une très bonne période pour la pêche, et c’est vrai que le début avril n’est jamais excellent. En longeant tranquillement les berges, j’ai surpris ce mâle furieusement accroché à sa conquête.

Dadou 2 (3)

D’ailleurs un peu plus loin, les “rastas” témoignaient que la fête avait commencé depuis quelques jours.

Dadou 2 (6)Enfin, ce mâle seul s’est laissé prendre en photo mais ses gros yeux rouges n’avaient pas semblaient séduire qui que ce soit…

Dadou 2 (5)La rivière se réveille, plus que quelques jours à attendre et tout sera vert, fourré, couvert, difficile pour la pêche mais les truites seront là… Les grands jours arrivent!